Encore un village...

Le dernier commerce du village a fermé



 

 

Le dernier commerce du village a fermé

 

 

Publié le dimanche 22 janvier 2012 à 11H09 - Vu 183 fois

 

12

Marnay-sur-Seine - Le bar Le Madrinien a baissé le rideau. Retour sur l'histoire de l'établissement qui avait ouvert ses portes en 1850

Et de trois ! Après la fermeture du jardin botanique et celle de l'auberge de La Marine, c'est le troisième établissement du village, ayant pignon sur rue, qui vient de fermer ses portes.
La cause n'est pourtant pas le manque de fréquentation, bien au contraire, Évelyne, la sympathique patronne, ayant su fidéliser sa clientèle au fil des années, certains étant même devenus des amis.
Contre vents et marées, elle et son compagnon Fabrice, ont tenu la barre de l'établissement et ont persévéré malgré les coups durs. « Pendant onze ans, nous sommes restés ouverts jusqu'à minuit tous les jours et sans prendre de congés. C'était devenu de plus en plus difficile physiquement et financièrement. Aujourd'hui, on est fatigué et on regrettera beaucoup nos clients mais il était temps de s'arrêter », confie Évelyne.
C'est donc avec regret, que tous ont donc souhaité bon vent et bon repos à Évelyne et Fabrice.

Un établissement qui attire les artistes


Néanmoins, ce petit bar qui ferme aujourd'hui ses portes a toute une histoire derrière lui.
C'est en 1850 qu'il a ouvert ses portes. Il s'appelle alors L'Escale. À l'époque, en effet, il n'y a pas de route, seulement quelques chemins de terre. Les seuls moyens de locomotion sont le cheval ou les barges qui acheminent sur le fleuve du foin et du bois vers le Nord.
Les bateliers de Nogent font souvent halte à Marnay pour faire une pause et se restaurer avant de reprendre leur route au fil de la Seine.
Un Parisien tombe également sous le charme du petit village et ne manque pas de le faire connaître à ses amis. Aidés par l'arrivée du chemin de fer et des premières automobiles, des artistes parisiens (sculpteurs, peintres, écrivains) investissent alors le village pour s'y reposer ou trouver l'inspiration.
Le petit bar qui possède quelques chambres en accueille alors certains en pension, les autres étant hébergés chez l'habitant. L'Escale ne désemplit pas à cette époque et sert parfois jusqu'à quatre-vingts couverts.
Des habitués y amènent leurs amis pour y faire la fête et même les habitants de Courtavant, village voisin, n'hésitent pas à traverser la Seine grâce à un bac tiré par un filin d'acier, le pont n'existant pas encore. On y mange certes, mais on y joue également aux cartes, aux boules, on pêche sur les bords de Seine et le soir, on danse le quadrille et la soyotte. Le village s'anime, parfois à la grande surprise des habitants ! Le café est tenu par les familles Degoix-Bernier puis Grattard.
La construction du pont en 1856 permet au village de devenir un réel lieu de villégiature pour les Parisiens qui y achètent des propriétés. Certains y resteront même à demeure.

Le village se sent triste


L'attrait du village perdurera un long moment puisque dans les années 60, Franck Ténot et Daniel Filipacchi (Salut les copains) y achètent leurs propriétés.
À nouveau, les artistes investissent le petit village et, à cette époque, il n'était pas rare de voir alors le jeune Johnny Hallyday se promener dans les rues et s'arrêter au petit bar face à l'ancien prieuré, propriété de Daniel Filipacchi. Ce prieuré sera revendu quelques décennies plus tard et, à l'initiative de Franck Ténot - devenu maire du village - deviendra une résidence d'artistes. C'est la naissance du Camac, centre d'art contemporain accueillant des artistes internationaux en quête à nouveau de calme et d'inspiration et qui viennent parfois se ressourcer au petit bar, rebaptisé entre-temps l'Épi d'Or puis Le Madrinien. La boucle est bouclée !
Aujourd'hui, le bar est fermé. Les habitants de Marnay sont tristes et la commune finira par s'éteindre si aucun repreneur ne vient faire revivre l'âme de cet établissement qui a su animer le village au fil des années.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site