Saint-Sulpice-la-Forêt

Dernier bistrot de village cherche repreneur motivé...

La commune de Saint-Sulpice-la-Forêt se mobilise pour la survie du dernier commerce du village, le Guibra. Qui devra rester un bar et bien plus encore.

Le Guibra faisait bar-tabac, presse, dépôt de pain... Il y a deux ans, l'enseigne de l'établissement a été décrochée après sa mise en liquidation judiciaire. C'était le dernier et unique commerce du village, implanté depuis plusieurs générations au cœur du bourg. Lequel comptait encore deux cafés et un  restaurant il y a quinze ans. La commune allait-elle se transformer en village-dortoir?

Poussée par ses habitants, la municipalité de Saint-Sulpice-la-Forêt a réagi en faisant l'acquisition des murs pour y installer un gérant. " C'est le seul lieu de convivialité où les gens peuvent se croiser sans avoir planifié de se rencontrer. C'est toute la différence avec une association ", explique Joël Ristori, l'adjoint au maire.

La transaction s'est faite avec l'aide d'Archipel Habitat qui s'est engagé à racheter les quatre appartements situés à l'étage pour les transformer en logements sociaux. Au rez-de-chaussée, le local commercial disponible s'étend sur 200 m², deux salles spacieuses, une cuisine, le long d'un comptoir vintage en formica et devant une grande cheminée noircie. Quelques travaux d'aménagement sont prévus pour rendre le lieu accessible.
Quatre candidats pour le bar multiservices
Vigilante, la mairie a établi un cahier des charges strict précisant que le bar devra être aussi un Point Poste, un relais colis, un dépôt de pain... Qu'il devra s'ouvrir aux associations pour la belote des anciens ou la livraison des paniers bio. Qu'il devra obligatoirement être ouvert de 7 à 8 heures, puis de 16h30 à 17h30 en semaine, mais aussi le vendredi et le samedi en soirée, le dimanche matin et après 16 heures pour servir les footballeurs et les randonneurs. Tout cela pour que le Guibra soit un véritable commerce multiservices de proximité.

Quatre dossiers de reprise sont à l'étude en mairie. Huit candidats ont déclaré forfait en apprenant que les douanes avaient retiré la licence tabac du bar, puis que Presstalis (ex-NMPP1) se refusait désormais à lui livrer la presse nationale. Trop isolé, pas assez rentable...

" Ceux qui sont encore en course sont donc vraiment motivés pour faire de l'animation locale ", philosophe Joël Ristori. Sous le même nom ou un autre, la réouverture du Guibra est toujours prévue avant l'été.
OB

1: Nouvelles messageries de la presse parisienne.
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site